Superfranky, à déguster en sirotant un Bloody Mary bien glacé !

Quand on évoque le nom de Frankenstein, tout le monde pense au film éponyme de James Whale, avec l’excellent Boris Karloff. Mais au départ il y a Frankenstein ou le Prométhée moderne, roman gothique et sanglant de « Bloody » Mary Shelley. Et, parmi les différences majeures entre le film et le roman, il y a la glace…

À la lecture du bouquin j’ai été frappé, comme un cocktail bien frappé, par cette constatation : l’histoire commence et se termine dans la glace, et LA scène-clé du roman se déroule dans la glace !
Coïncidence ? Je ne crois pas, non.

Plus précisément, le récit débute et se termine dans les glaces de la banquise du Pôle Nord, et la grande scène de la rencontre entre Victor Frankenstein et sa créature se déroule en plein milieu de la mer de glace (à Chamonix, mont Blanc, pour ceux qui ne connaîtraient pas).

D’où l’idée, pour l’appel à textes de la revue Galaxies sur le thème de Mary Shelley et Frankenstein, de faire le lien entre le monstre et le réchauffement climatique !
Eh oui : Mary Shelley semblait fascinée par la splendeur des paysages du Grand Nord et des glaciers alpins, et aujourd’hui toute cette glace est en train de fondre, comme des glaçons dans un Bloody Mary…

Heureusement, le nouveau super-héros que vous attendiez tous arrive à la rescousse… À sa façon. Je n’en dis pas plus, pour ne pas divulgâcher. Sachez seulement qu’il est question d’écologie très punitive, et que ce récit fait partie des ingrédients du numéro 67bis de la revue Galaxies.

Déconfinement en folie – le point sur mes publications 2020

Est-ce l’effet du déconfinement ou du bourgeonnement exubérant du Printemps ? D’un seul coup, voilà qu’après une série de refus (ou disons de non-sélections), je me retrouve avec non pas une, non pas deux, pas trois, ni quatre, mais cinq publications pour 2020 !

Alors là, comme un navigateur au milieu de l’océan, il faut que je fasse le point, sinon je suis perdu.

Voici donc la situation, au 15 mai 2020 :

  1. « L’expérience utilisateur » vient de paraître dans l’anthologie Journalistes du futur et d’ailleurs, chez Arkuiris, dirigée par Yann Quero et illustrée par Caza.
    Ma nouvelle y raconte l’histoire d’une journaliste à la retraite, confrontée au traitement de l’information sous toutes ses formes dans un monde où tout est information. Elle n’est pas sortie de l’auberge, la pauvre…
  2. « Un goût si délicat » est au sommaire de l’anthologie Aventures sidérantes, en précommande chez Flatland – Le Novelliste, et qui sera en vente à partir du premier juin.
    La parution de cette « antho-pulp », initialement prévue chez Ad Astra, avait été suspendue suite à la mort prématurée (à 46 ans) de l’anthologiste, Martin Lessard.
    Fidèle je l’espère à l’esprit « pulp », mon récit est, comme l’indique son titre, d’un goût raffiné et délicat… Ou presque.
  3. « La guerre des salamandres contre les robots », dans l’anthologie Dimension Merveilleux Scientifique 6, chez Rivière Blanche.
    Dirigée par Jean-Guillaume Lanuque, la série des Dimension Merveilleux Scientifique atteint la demi-douzaine de tomes, toujours en rendant hommage aux écrivains de la SF d’avant la SF.
    Comme le suggère son titre, ma nouvelle fait référence à l’immense Karel Čapek et à deux de ses œuvres, La guerre des salamandres et RUR – Rossum’s Universal Robots. En essayant de respecter l’esprit satirique du maître.
  4. « Superfranky » paraîtra dans le numéro 67 bis de Galaxies, prévu pour septembre 2020 et consacré, en complément du 67, à Frankenstein et à Mary Shelley.
    Mon récit s’appréciera mieux après avoir lu le roman de Mary Shelley (mais ce n’est pas obligé non plus), et de préférence en sirotant un Bloody Mary avec des glaçons fondant…
  5. « Blague à part », auréolée de son « Premier accessit ex-aequo » dans le cadre du Prix Alain le Bussy 2020, sera au sommaire du prochain numéro de Géante Rouge, la grande petite sœur de Galaxies.

La face obscure de Mercure et l’homo economicus

Couverture_LaJustice_petit

La face obscure de Mercure est dans l’anthologie La Justice… demain, ailleurs, autrement, éditions Arkuiris.

Dans La face obscure de Mercure, le lecteur attentif remarquera quelques allusions à la fameuse affaire « Omar m’a tuer »…
L’idée n’était pas de faire une simple transposition de cette énigme judiciaire, encore moins de lui proposer une résolution. C’était juste un point de départ. Ensuite, ça n’a plus rien à voir avec la réalité, c’est de la science-fiction : un récit qui se déroule dans une société imaginaire, une société dans laquelle il y aurait des inégalités, du racisme, de l’injustice…

Lire la suite « La face obscure de Mercure et l’homo economicus »

Pourquoi faire simple ?

Quand une page Web contient une vidéo, il arrive qu’on ne puisse pas la lire et qu’on ait un message d’erreur indiquant qu’il manque l’extension Flash, ou que le « plugin » est vulnérable et nécessite une mise à jour. Pourquoi ? Flash est un logiciel qui sert à faire des animations interactives, par exemple des jeux en ligne. Si je veux juste voir une vidéo, pourquoi mon navigateur m’embête-t-il avec Flash ?

Réponse : parce que sinon ce serait trop simple. Lire la suite « Pourquoi faire simple ? »

L’homme bientôt sur la touche ?

Alerte ! Nous sommes dépassés, finis, foutus ! La nouvelle vient de tomber : « Apple : les claviers de ses MacBook pourraient devenir vraiment intelligents »

Ça fait peur. Bon, des voitures intelligentes, des lave-linge, des grille-pain, des téléphones intelligents, on a l’habitude. Mais cette fois, c’est différent : les claviers ne seront pas seulement intelligents ; ils seront vraiment intelligents.
Donc, ils vont prendre le pouvoir. C’est la fin de l’Histoire. La fin de l’humanité, la fin du monde. Lire la suite « L’homme bientôt sur la touche ? »

Manipulations à Milan : qui manipule qui ?

couvertureogm_petit

Manipulations à Milan fait partie de l’anthologie Les OGM et après…, éditions Arkuiris.

Les éditions Arkuiris ont pris la bonne habitude de lancer des appels à texte qui nous plongent dans ce qui est un peu le cœur de métier de la SF : extrapoler sur les merveilles et les horreurs que la science et la technologie nous préparent… Après les maladies du futur, le réchauffement climatique, le nucléaire (liste non exhaustive), voici une anthologie sur les OGM.

Autant de thèmes qui font réfléchir les auteurs (et les lecteurs). D’ailleurs, j’avais tellement réfléchi sur les appels précédents que je n’avais rien écrit…

Lire la suite « Manipulations à Milan : qui manipule qui ? »

Aux armes, citoyen-n-e-s !

On trouve de plus en plus, dans la prose des associations, partis politiques ou autres mouvements de la société civile, des techniques grammaticales innovantes à base de tirets, de majuscules ou de caractères spéciaux dans le but de rappeler aux militant-e-s, aux adhérent-e-s et aux sympatisant-e-s qu’il faut mettre fin à l’injuste domination du masculin sur le féminin dans la langue française. C’est un noble combat. Moi je dis bravo ! Heu… Pardon, bravo c’est masculin, alors je dis brav-o-a. Non, bravOa. Ou plutôt : brav/o/a. Lire la suite « Aux armes, citoyen-n-e-s ! »

Matricule 46656 : le prisonnier du boulot

Gandahar6
Matricule 46656 est au sommaire de la revue Gandahar, numéro 6

Voyant que la revue Gandahar lançait un appel à textes pour son numéro 6 spécial « Le Prisonnier », j’ai eu tout de suite envie de transposer l’univers du Prisonnier dans le monde du travail.
Cela peut sembler paradoxal étant donné que Numéro 6, dans le feuilleton, ne travaille pas : il est logé gratos et passe ses journées à se balader, le salaud ! Lire la suite « Matricule 46656 : le prisonnier du boulot »