Superfranky, à déguster en sirotant un Bloody Mary bien glacé !

Quand on évoque le nom de Frankenstein, tout le monde pense au film éponyme de James Whale, avec l’excellent Boris Karloff. Mais au départ il y a Frankenstein ou le Prométhée moderne, roman gothique et sanglant de « Bloody » Mary Shelley. Et, parmi les différences majeures entre le film et le roman, il y a la glace…

À la lecture du bouquin j’ai été frappé, comme un cocktail bien frappé, par cette constatation : l’histoire commence et se termine dans la glace, et LA scène-clé du roman se déroule dans la glace !
Coïncidence ? Je ne crois pas, non.

Plus précisément, le récit débute et se termine dans les glaces de la banquise du Pôle Nord, et la grande scène de la rencontre entre Victor Frankenstein et sa créature se déroule en plein milieu de la mer de glace (à Chamonix, mont Blanc, pour ceux qui ne connaîtraient pas).

D’où l’idée, pour l’appel à textes de la revue Galaxies sur le thème de Mary Shelley et Frankenstein, de faire le lien entre le monstre et le réchauffement climatique !
Eh oui : Mary Shelley semblait fascinée par la splendeur des paysages du Grand Nord et des glaciers alpins, et aujourd’hui toute cette glace est en train de fondre, comme des glaçons dans un Bloody Mary…

Heureusement, le nouveau super-héros que vous attendiez tous arrive à la rescousse… À sa façon. Je n’en dis pas plus, pour ne pas divulgâcher. Sachez seulement qu’il est question d’écologie très punitive, et que ce récit fait partie des ingrédients du numéro 67bis de la revue Galaxies.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s