Klotzmobile : homo automobilis

Quand j’ai vu passer l’appel à textes de Rivière Blanche pour Dimension Merveilleux scientifique, je me suis d’abord dit : « ce n’est pas pour moi. »

En effet, il s’agissait d’écrire une nouvelle qui fasse référence à la S.F. française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, cette science-fiction bien de chez nous, qu’on appelait alors merveilleux scientifique, dénomination d’origine garantie, sans OGM et sans influence américaine (au contraire, à l’époque, les « pulps » américains publiaient du Jules Verne !).

Or, pauvre de moi, en dehors du Jules précité, et de J.H. Rosny aîné dont je n’avais lu que La Guerre du feu, je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam les Jean de La Hire, Théo Varlet, Léon Groc, René Thevenin, Jacques Spitz, José Moselli et autres Maurice Renard. Je n’avais lu aucune des œuvres de ces auteurs vénérables auxquelles l’AT faisait référence. Dans ces conditions, vu mon ignorance crasse confinant à l’illettrisme, difficile de participer à ce concours d’érudition !

« Et puis zut ! Pourquoi je n’essaierais pas ? » me suis-je soudain écrié en silence dans ma tête de pioche tandis que la date fatidique de clôture approchait à grande vitesse (une vitesse d’un jour par jour environ). Le délai restant était désormais trop court pour espérer devenir un spécialiste en proto-science-fiction, mais il restait une possibilité : lire l’un des romans cités dans l’appel, et s’en inspirer (en espérant tomber sur le bon !)

Mettant mon plan à exécution, je me suis plongé dans Le Docteur Lerne, sous-dieu, de Maurice Renard. Une savoureuse histoire de savant fou, elle-même inspirée de L’île du docteur Moreau de H.G. Wells à qui Maurice Renard, qui revendique cette référence, adresse une dédicace.

Coup de pot, ce roman m’a inspiré. Le rôle qu’y joue l’automobile à la fin de l’histoire m’a collé à mon siège : comment ne pas y voir une métaphore prophétique de l’homo automobilis que nous sommes devenus, au cours du XXe siècle, avec notre dépendance pathologique à la bagnole ?

Je me suis donc lancé, à fond la caisse, dans l’écriture de Klotzmobile, qui a été sélectionnée pour ce premier tome de Dimension Merveilleux scientifique. Car, oui, après le succès mondial du premier (plusieurs exemplaires vendus*), il y aura un deuxième tome ! À suivre…


*En fait, je ne sais pas du tout à combien s’élèvent les ventes, mais une anthologie de S.F., en général, ça n’est pas dans les « best sellers », malheureusement…

dimmerveilleux01
Klotzmobile est au sommaire de Dimension merveilleux scientifique chez Rivière blanche

Une réflexion sur “Klotzmobile : homo automobilis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s