Matricule 46656 : le prisonnier du boulot

Gandahar6
Matricule 46656 est au sommaire de la revue Gandahar, numéro 6

Voyant que la revue Gandahar lançait un appel à textes pour son numéro 6 spécial « Le Prisonnier », j’ai eu tout de suite envie de transposer l’univers du Prisonnier dans le monde du travail.
Cela peut sembler paradoxal étant donné que Numéro 6, dans le feuilleton, ne travaille pas : il est logé gratos et passe ses journées à se balader, le salaud !
Pourtant, la vie en entreprise ressemble, par certains aspects, au village totalitaire de Patrick McGoohan : hiérarchie et numéros (chaque salarié possède un matricule, le supérieur est souvent appelé le « n+1 »…), tics de langage et expressions récurrentes, et surtout, enfermement dans un monde régi par sa propre logique. C’était donc décidé, j’allais écrire une histoire mettant en scène un « prisonnier du boulot ».

Pour moins me fatiguer, j’ai décidé de décrire une ambiance ressemblant à ce que je connais : le travail en « open space » dans les sociétés de service en informatique. En même temps, je ne voulais pas que mon héros soit un simple informaticien de base, j’en ai donc fait un crack en math et en finance.

Le jargon truffé de termes pseudo-anglais utilisé dans certaines scènes ne m’a coûté aucun effort d’imagination. Il s’agit tout simplement du langage qu’on entend tous les jours dans beaucoup d’entreprises (pour ceux qui ne connaissent pas ce milieu, lisez « L’Open space m’a tuer »).

L’appel à textes suggérait de trouver des équivalents aux éléments emblématiques de la série (le village, les numéros, le rôdeur…). Pour cela, l’univers professionnel fournissait tout ce qu’il fallait, quitte parfois à recourir aux jeux de mots, comme pour la « boite »… Quant au modèle qui m’a servi d’inspiration pour le décor (l’équivalent du « village »), le voici. Conseil : pour garder le suspens entier, ne pas cliquer sur ce lien avant d’avoir lu l’histoire.

Bien sûr, il ne s’agissait pas seulement de transposer la série. Plutôt d’y faire référence tout en écrivant quelque chose de nouveau. En évoquant par exemple quelques éléments aliénants de notre société actuelle : la pub, qui nous somme de consommer ; la spéculation, qui déconnecte notre monde de la réalité ; la dépendance pathologique à la technologie, et surtout à la bagnole, même pour faire 400 mètres… Sans oublier l’endettement qui, mieux qu’un « rôdeur », rend les gens prisonniers du boulot.

Enfin, il y a une part d’autobiographie, surtout lorsque le protagoniste… Pardon, vous dîtes ? Pourquoi 46656 ? Non, vous êtes sérieux, là ? Pas besoin d’être un crack en math pour comprendre. Qu’est-ce qu’on peut faire comme opération avec le nombre 6 et qui donne 46656 ? Vous avez 6 minutes pour trouver…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s